Sports et Grossesse

CHSF-Cours-Preparation-Piscine-Kubdo-Sainte-Ste-Foy

La grossesse reste trop souvent la période de la vie où la femme diminue grandement, voire arrête toute activité physique ou pratique sportive.
Or la sédentarité en cours de grossesse favorise une prise de poids plus importante que nécessaire et majore le risque de diabète gestationnel.

Par ailleurs un poids excessif en cours de grossesse va augmenter le risque ultérieur de surpoids et d’obésité chez l’enfant qui est un problème majeur de santé publique.
Il faut donc souligner l’importance des recommandations sur l’activité sportive ou physique en cours de grossesse, période privilégiée pour une prise de conscience qu’une bonne hygiène de vie est utile et possible.

Pour la sportive de haut niveau, la problématique sera différente si la sportive envisage l’arrêt ou la reprise de sa carrière dans le post-partum. Dans tous les cas, la poursuite d’une activité physique adaptée à l’état de grossesse est souhaitable.

 

BENEFICES

  • sur la prise de poids de la femme enceinte
  • sur le diabète gestationnel
  • sur les symptômes de la grossesse
  • sur le retour veineux et la période du post-partum

 

SPORTS CONSEILLES

  • Marche rapide
  • Vélo d’appartement
  • Aquagym
  • Yoga
  • Gym douce

 

SPORTS A EVITER

  • Sports de contact les sports collectifs comme le basket, le handball, le beach volley, le hockey, le football.
  • Sports de lutte karaté, taekwondo, judo, boxe, lutte…
  • Ski alpin
  • Sport mécanique
  • Plongée
  • Equitation

 

Recommandations HAS 2005

Commencer ou continuer une activité sportive modérée pendant la grossesse est possible.

Les femmes enceintes doivent être mises en garde contre les dangers potentiels de certains sports, comme les sports de contact, les sports violents et les jeux de raquettes énergiques qui peuvent provoquer des traumatismes au niveau de l’abdomen, des chutes et de trop grandes contraintes sur les articulations.

 

SIGNES NECESSITANT L’ARRET DE L’ACTIVITE

  • saignement vaginal
  • fuite de liquide amniotique
  • contractions répétées
  • survenue d’une dyspnée pour un exercice peu intense
  • céphalées
  • douleur thoracique
  • douleur et gonflement du mollet (nécessité d’éliminer une thrombo-phlébite)

 

RECOMMANDATIONS

  • 1er trimestre : Pas d’arrêt du sport (sauf plongée et sports à risques traumatiques)
    Arrêt de compétition entre 8 et 12 semaines (utérus volumineux risquant de se mobiliser avec douleurs)
  • 2ème trimestre : Limitation locomotrice
    Limiter efforts importants, violents, prolongés mais conserver une activité adaptée (marche, natation) en dehors de toute compétition.
  • 3ème trimestre : repos, marche, piscine

 

CONTRE INDICATIONS ABSOLUES

  • Rupture des membranes
  • Travail pré terme / Perte de liquide amniotique
  • Retard de croissance intra utérin
  • Béance cervico isthmique-cerclage
  • praevia après la 28ème SA/Métrorragies
  • Hypertension gravidique et pré éclampsie
  • Grossesse multiple
  • Maladies cardio-vasculaires et/ou pulmonaires graves
  • Antécédents de prématurité, retard de croissance intra utérin, fausses couches répétées
  • Anémie sévère (Hémoglobine <10g/l)
  • Malnutrition
  • Troubles cardio-vasculaires ou respiratoires légers ou modérés

 

À la suite de l’accouchement, la femme devrait continuer ces exercices et, si nécessaire, entreprendre une rééducation du plancher pelvien (aussi appelé périnée) chez un rééducateur spécialisé (médecin, sage femme ou kinésithérapeute formés en uro-gynécologie). Ces séances sont totalement remboursées par la sécurité sociale après l’accouchement.

La restitution anatomique prend 3 à 6 mois-après le 45ème jour, la reprise de l’activité sportive modérée sera autorisée si l’examen post-natal est normal. La reprise d’un entraînement intense peut s’envisager entre 3 à 6 mois après accouchement.

Toute activité physique apporte des bénéfices certains, d’autant plus que l’activité est commencée avant la grossesse, et qu’elle est régulière. Mais n’oublions pas que c’est avant tout le plaisir de faire qui permettra de continuer ou débuter tout au long de la grossesse une activité physique ou sportive choisie par la femme, en accord avec le professionnel de santé qui est amené à suivre la grossesse, période privilégiée pour modifier les habitudes de vie.

 

 

(en collaboration avec Chloé TRABLY, Gynécologue-Obstétricien à l’Hopital Maternité de Ste Foy lès Lyon)

 

'